Saturday, July 16, 2016

Éducation : Difficulté de parler #Nice aux enfants ?





Nice 
Messia
via Martel Clément/ Le Monde

"La ville se réveille hagarde, sous un soleil presque indécent. Sur la promenade des Anglais, plus personne ne regarde la mer. Les yeux sont tournés vers la bâche blanche qui cache les 1 700 mètres du cauchemar de la nuit."

Lucie Soullier, Le Monde

Après les réjouis­sances du 14 juillet, l’al­lé­gresse est vite retom­bée lorsque la France et le monde a décou­vert avec horreur qu’un nouvel atten­tat s’est produit à Nice, juste après les festi­vi­tés sur la belle Promenade des Anglais.



Promenades des Anglais/ Nice

Deux élèves et un professeur allemands font partie des victimes de l'attentat terroriste de Nice, ont annoncé vendredi les autorités scolaires berlinoises. Ils étaient venus fêter le baccalauréat lors d'un voyage scolaire. Du même groupe il y a encore des introuvables. Ils seront parmi les blessés pas encore identifiés.

Ils venaient de l'école Paula Fürst Schule, un arrondissement de l'ouest de Berlin. Une autre élève a dû subir une opération chirurgicale, selon la Berliner Zeitung. 




Paula Fürst Schule, Berlin
credits: dpa

28 élèves de cet établissement se trouvaient à Nice depuis lundi. Une cellule psychologique a été mise en place, de même qu'une salle où chacun peut se recueillir. 

En tout, ce sont dix groupes de Berlinois venus de neuf établissements différents qui étaient venus goûter la douceur de la Riviera française, selon le quotidien local. Vendredi après-midi, beaucoup étaient de retour dans la capitale allemande.

Mes pensées:

On connaît, comme enseignants, la joie et l'enthousiame des étudiants quand on part en voyage scolaire. Pour eux, les ados, c'est une expérience inoubliable, partir à l'étranger sans les parents, connaître de nouveaux copains, de nouveaux pays, d'autres traditions, pratiquer une langue qu'ils approfondissent.

Pour les enseignants, une énorme responsabilité, le stress constant pour que tout se passe bien. On organize le tout jusqu'au minimum détail. On promet aux parents qu'on sera là toutes les secondes. Et nous y sommes, même pour mourir à côtè de nos 'enfants'.

On n'est pas payé pour ça. On fait ça pour augmenter l'apprentissage humain et culturel de nos élèves. Ils en sortent toujours plus enrichis, plus mûrs de ses responsabilités, ils adorent! Et leur joie, les nouvelles connaissances nous servent de remerciment de l'effort extra qu'on fait pour eux.

Une tragédie comme celle-ci nous accablent. On se sent dans la peau de ces collègues, on écoute presque les cris des étudiants fauchés, on unit nos larmes à celles des parents, des enseignants, des ados qui ont réussi à s'en sortir mais qui pleurent la perte de leurs enfants, amis, collègues, copains.

Pour l'école allemande, tout sera different, même si les vingt huit élèves sont vivants. La Paula Fürst Schule et les parents des élèves disparus ou pas encore identifiés parmi les victimes, attendent de tout coeur qu'ils soient entre les plus de deux cents bléssés et pas encore identifiés.

Moi aussi, je prie pour tous. Une prière profonde pour les deux élèves et le professeur qui malheureusement sont morts pendant ce voyage scolaire que  devrait être fête.



La Baie des Anges
ilutração: Jean-Charles de Castelbajac
via Loreleï Mirot

Éducation:
... ...
La lune de ses mains distraites
A laissé choir, du haut de l’air,
Son grand éventail à paillettes
Sur le bleu tapis de la mer.

Théophile Gautier, Au bord de la mer, Espana 


L'année scolaire est finie. C'est les grandes vacances.  La date de la tragédie de Nice laisse de nombreux enfants, et adolescents livrés à eux-mêmes pendant six semaines face à des vidéos et des images infos traumatisantes et à des idées fausses.

Il faut en parler, à la maison, et bien sûr à la rentrée 2016.


Les images ont un impact très fort. Les familles pleurent, parlent vivent cet horreur. Nous sommes tous dévastés.


illustration: Jack

Depuis janvier 2015, c’était presque une habitude. Le genre de routine qu’on choisit d’affronter. Dans les écoles, collèges, lycées, de nombreux enseignants et enseignantes ont passé des heures, des journées, voire des semaines à parler des attentats perpétrés en France et en Belgique.

  • Comment parler de l'attentat de Nice à des enfants, collégiens et autres ados tout faisant pour ne pas leur communiquer notre angoisse? 
Selon la psychologue Anne Bacus dans le Figaro/ Enfantsla priorité des adultes, c’est de protéger les enfants. Pour les plus petits, laisser les infos tourner en boucle augmente de l’anxiété des parents et donc celle des enfants. Pour les jeunes ados à partir de 9/10 ans, ils accèdent souvent aux réseaux sociaux où les infos tournent encore plus vite.

Les enfants qui ont témoigné cette tragédie, "ils doivent être pris en charge par des professionnels"

Les enfants ou ados qui se trouvent à Nice ou dans les environs, ils ont aussi "besoin d’être entendus par leurs proches d’abord". L’important est de se mettre à leur écoute, de partir de ce qu'ils ont compris et de leur émotions.




Mémorial Nice
crédits: Boris Horvat / AFP
http://www.directmatin.fr/


"L'écoute est déjà thérapeutique."

Anne Bacus, psychologue

Ils voudront exprimer leurs sentiments. Il faut répondre par des faits, et rien que des faits. Il faut expliquer avec des mots simples qu’un monsieur qui conduisait un camion, a foncé sur la foule, qu’on ne sait pas encore pourquoi il a fait ça. Et c’est pour cela que tout le monde est très choqué. Sans vous allonguer.

"Les plus jeunes ne comprennent pas ce qui défile à la télévision, ni pourquoi les adultes sont angoissés, mais ils absorbent l’atmosphère autour d’eux. C’est ça qui déclenche leurs peurs."

Parents:

"Ce terrible attentat qui arrive un jour de fête nationale et pendant les vacances vient les surprendre avec une grande violence pendant un temps de repos, et l'effet d'effraction et de sidération sera encore plus grand. Il est nécessaire qu'ils puissent en parler avec leurs parents, leurs amis et leurs proches maintenant et dans les jours qui viennent."

Marie-Rose Moropsychiatre et professeure de psychiatrie de l’enfant 

Chez les 6-10 ans, ça peut arriver les troubles du sommeil et les peurs nocturnes ce qui indiquent souvent une angoisse excessive. 

Si l'enfant ne veut plus dormir chez des grands-parents, chez des copains ou sortir de chez lui, c'est un signe d'une anxiété anormale ou de la peur de l’abandon, de la perte de la mère ou du père.

Chez les plus petits cette angoisse ou anxiété peut se traduire par des vomissements, des poussées de fièvre, ou bien des douleurs abdominales. 

"Tout changement de comportement est à prendre en considération."

Anne Bacus, psychologue




illustration: Louison


Enseignants:

C'est les grandes vacances. #JesuisCharlie, #PrayforParis, et PrayforBruxelles, quand même, ça fait un peut trop. Les élèves reviendront le mois de septembre. Et pami eux, il y aura un élève qui était là, ou alors qui a perdu un ami, un petit copain, une personne de la famille.

Les images ont eu un impact très fort. Trop de répétitions. La famille a pleuré, parlé, vécu cet atroce attaque. Ils voudront exprimer leurs sentiments.

Parle-t-on de la même façon d’un drame lorsqu’il s’est produit la veille ou des semaines plus tôt? Évidemment pas. Je pense qu’il sera important, à un moment adéquat de l’année, d’évoquer le sujet. 

Selon Marie-Rose Moro, psychiatre et professeure de psychiatrie de l’enfant dans Slate France/ Parents & enfants:

"La vie doit reprendre normalement avec joie et légèreté; sinon, cela va augmenter la douleur et l'inquiétude. Les enfants ont besoin de reprendre confiance en la vie et en les adultes; c'est la chose la plus importante pour les réparer et les aider à grandir malgré tout."


Marie-Rose Moropsychiatre et professeure de psychiatrie de l’enfant

S'il y a encore des doutes, il faut expliquer pour éviter toute mauvaise compréhension des évènements, rassurer les inquiets, répondre aux questions, interroger son rapport à la peur, mettre en garde contre les informations 'spectacle', repérer les élèves en détresse. 

Faire passer la compréhension des idées et opinions de tous. Le dialogue aide à déveloper le sens critique, à condamner toute sorte d'intolérance, à valoriser la solidarité, le respect de la vie humaine, et des idées de tous.

Une sacrée mission auquelle nous n’étions pas formés, mais que beaucoup d’entre nous on tente d’effectuer le mieux possible. 
Mon cœur et mes pensées pour les victimes de la Promenade des Anglais et leurs familles y compris les enseignants.

G-Souto

16.07.2016
Copyright © 2016G-Souto'sBlog, gsouto-digitalteacher.blogspot.com®



Creative Commons License

Éducation : Difficulté de parler #Nice aux enfants bG-Souto is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International License.



No comments: